Types de tissage

  • Principe de base du tissage

 

Dans le sens de la longueur une série de fils sont tendus (la chaîne) parallèlement à la lisière. Un fil sur deux est soulevé pour laisser passer une navette qui entraînera un fil de trame, puis par un mouvement mécanique, les fils de trames sont resserrés les uns contre les autres.

Une fois la base tissée, elle pourra passer par un bain de teinture, c’est ce qu’on appelle une toile peinte, son défaut, elle risque de décolorer plus facilement car seule la surface extérieure du fil est teintée.

Une autre technique consiste à teinter le fil dès le départ, le traitement pénètre alors jusqu’au cœur du fil, c’est ce qu’on appelle teindre dans la masse.

Pour les toiles de stores elles devront être enduites, ce traitement permettra du rigidifier la toile, ce qui lui assurera un meilleur tombant et la rendra plus étanche à la pénétration des poussières.

 

  • Critères prépondérants pour le choix de la matière

 

  1. Facteur de stabilité dimensionnelle

Les toiles de stores sont très stables car les matières naturelles telles que le coton, le lin ont laissé la place au polyester et ses dérivés.

Le problème est beaucoup plus crucial pour les tissus provenant du milieu de l’ameublement où les matières dites nobles ont encore beaucoup de présence. Je vous invite à bien lire les caractéristiques techniques figurant sur votre étiquette.

Dans le point 6 ci-dessous vous trouverez une explication sur le facteur de rétrécissement des toiles.

  1. Décoloration

L’échelle va de 0 à 8, plus le chiffre est grand moins le tissu aura tendance à perdre ses couleurs.

Bien sûr, l’influence est aussi donnée en fonction de la teinte choisie, un bleu, vert, rouge ou jaune décolorera bien plus vite qu’un blanc, écru ou beige clair.

Petite remarque le noir, n’étant pas une couleur, pourrait être influencé au passage de la lumière et lui donner un aspect violet !

N’hésitez donc jamais à regarder la toile choisie au travers d’une source de lumière naturelle de surcroît.

7-8 : Pratiquement indécolorable, le fil est à coup sûr teinté dans la masse.

5-6 : Fil teinté en surface.

3-4 : Toile peinte

Moins de 3 : fuyez !

Nous pensons toujours à la décoloration due à la lumière directe, donc en y ajoutant une doublure, le problème devrait être résolu ! Désolé de vous contredire, mais une partie des rayons viennent d’autres fenêtres, de puits de lumière et pire des rayonnements indirects (éclairage) et peuvent également être nuisibles.

La décoration idéale est donc certainement un produit qui n’ira pas au contact du soleil durant la journée et le soir venu, une fois déployé nous montrera les ravages occasionnés.

 

  • Types de tissage utilisés pour les stores et tentures
  1. Le voilage
  2. Le translucide ou tamisant
  3. L’occultant ou le blackout
  4. Le screen
  5. Couche aluminium
  6. Pour les tentures et stores bateaux
  • A.  Le blackout souple
  • B.  La doublure

 

  1. Le voilage

Le tissage est assez fin et permet de voir au travers en fonction de l’appel de lumière.

En journée il fait en principe beaucoup plus clair à l’extérieur qu’à l’intérieur, et sur la base de ce principe, le voilage vous laisse voir dans le sens où il y a le plus de lumière, donc vers l’extérieur de l’autre côté du carreau, le champ visuel est pratiquement altéré au point de voir une grande surface opaque sauf si on se met le nez contre.

Si vous mettez un voile sur un store à couche unique et plat (store enrouleur par exemple), le passage de la vision sera peu perturbé (toujours en direction de l’appel de lumière) donc le soir c’est l’inverse, tenez en compte si vous avez des vis-à-vis.

Cependant, si vous utilisez un voile confectionné avec une ampleur de 2 par exemple, cela revient à dire qu’il y aura sur votre fenêtre deux fois plus de tissu que sa largeur. Cet excédent de matière trouvera sa place dans les plis, donc le champ visuel ne sera plus plat mais aura des ondulations. Tout logiquement vous verrez moins bien au travers mais le soir venu, ce sera également le cas pour les regards indiscrets. Une teinte foncée augmentera la qualité visuelle mais va assombrir votre pièce. La grande tendance du moment est le voile noir.

 

En résumé :

– Champ visuel vers l’extérieur en journée peu entravé sur une couche plate (store enrouleur) et de moins bonne qualité avec un tissu confectionné comme une tenture (avec de l’ampleur). Attention, le soir venu, c’est l’inverse.

– Cette toile n’offre aucune protection solaire.

– Protège de l’effet trou noir. Réverbération de la lumière sur une surface vitrée.

– Usage principal : protection des regards indiscrets

 

 

2. Le translucide ou tamisant

Ici il n’y aura plus de champ visuel, seule la lumière pourra passer au travers de la toile. Plus la toile sera foncée, plus elle fera barrage au passage de la lumière. Nous commençons à parler de Dim-out quand l’occultation est supérieure à 80% pour une surface plane.

Rappelez-vous votre enfance quand nous jouions avec un drap et une source de lumière pour faire des ombres chinoises. Le drap blanc était mis à plat, nous nous placions entre le drap et la source de lumière. Notre jeu d’acteur consistait à faire des animaux avec nos mains et si nous nous éloignions trop du drap, le spectateur ne voyait plus rien, il en est de même pour votre store.

 

En résumé :

– Champ visuel nul dans les deux sens

– Laisse passer la lumière mais pas le rayonnement, il n’y aura donc plus d’éblouissement direct ni de réflexion de ceux-ci sur les écrans (tv, pc).

– Peu d’efficacité solaire

– Usage : Lieux de vie (maison, travail, …)

 

 

3. L’occultant ou blackout

Ici nous parlerons dans le domaine du store d’une toile multi couches :

– Une vers l’extérieur, souvent blanche pour assurer une homogénéisation de sa façade

– Une intérieure, elle pourra être de teintes et structures diverses, avec ou sans dessin, en fait, c’est votre choix décoratif.

– Au milieu, une couche de plastique noir, d’où son nom !

 

Certaines toiles n’auront que deux couches, le gros inconvénient c’est qu’elles auront la même teinte à l’intérieur qu’à l’extérieur.

D’autres ont opté pour le PVC souple, mono couche, honnêtement, à part pour une salle de bains, c’est très peu décoratif.

L’utilisation essentielle et j’aimerais dire unique de ce produit est de vous protéger de la lumière. Hélas, énormément de décorateurs optent pour ce type de toile pour vous protéger de la chaleur.

Certes le raisonnement est louable, en coupant la source lumineuse on se coupe de la chaleur.

 

Si vous décomposez la réflexion de la lumière sur une toile vous aurez :

–  Un facteur de réflexion               R

–  Un facteur d’absorption              A

–  Un facteur de transmission        T

Ce qui ne passe pas au travers est absorbé en majeure partie, donc votre toile va chauffer, le plastique va se détendre et de magnifiques plis vont apparaître.

Quelques jours plus tard, ils laisseront place sur la face extérieure à des fissures, qui à terme permettront aux rayons de lumière de passer !

CQNFPA → ce qu’il ne fallait pas acheter !

 

En résumé :

– Champ visuel nul dans les deux sens.

– Ne laisse plus passer la lumière.

– A proscrire comme protection solaire.

– Usage idéal : chambre, salle de réunion (avec projection).

 

 

4. Le Screen

Le voile intelligent comme j‘aime l’appeler.

Enfin un tissage qui va servir de protection solaire sans risquer de chauffer.

Ici les industriels ont tout compris !

Normalement un fil est le plus souvent tissé, teinté, rigidifié (pour les toiles enduites). Si le fil est teinté dans sa masse, cette étape est faite avant le tissage, et dans le cas du blackout on rajoute l’assemblage des couches.

Ici toutes ces étapes ont toutes été faites au niveau du fil. Ils ont assemblé un fil de polyester ou de fibre de verre (aux grandes propriétés techniques) et l’ont recouvert de PVC.

Il est donc teinté dans sa masse et recouvert de plastique.

Gros avantage : Enfin une toile de store lavable sans risquer des ondulations ni de faire partir la couleur.

Mais le plus important est que la maille étant tissée, l’effet de chauffe de la toile va être compensé par les interstices entre les fils.

Un facteur très important est l’ouverture à la lumière.

En gros plus la maille est serrée, moins la lumière passe au travers.

Il existe des screens de 10, 8, 5, 3, 2, 1%, et certains comiques ont fait du >1%, en d’autres termes c’est un tamisant.

D’autres ont poussé le bouchon plus loin, histoire de vous perturber à faire un screen de 0%, autrement dit un screen occultant, une hérésie !

Bien oui, mais l’idée ici n’est pas de vous protéger de la chaleur mais bien de mettre dans votre chambre une toile ayant la même trame, mais en occultant et cerise sur le gâteau : lavable.

Donc un usage dans une pièce humide telle qu’une salle de bain n’est plus un problème.

 

5. Couche d’aluminium

Vous connaissez tous le pouvoir de l’aluminium pour la qualité de réflecteur, pensez à l’intérieur de votre lampe de poche.

Il y a quelques années dans la city de Londres des enquêteurs ont même démontré son caractère de hooligan !

Une tour entièrement recouverte d’aluminium, renvoyait les rayons du soleil sur les voitures et celles-ci servaient de BBQ aux cadres de la City.

Si malheureusement un papier traînait à l’intérieur, le feu y prenait vite place. Les entrepreneurs ont dû remédier à ce problème.

Revenons à notre toile de store, si vous mettez une pellicule d’aluminium à l’arrière de la toile, inévitablement le rayon sera réfléchi et la rendra efficace contre la chaleur.

Seul petit bémol, cette pellicule aura tendance à chauffer et si le produit s’enroule sur lui-même comme un store enrouleur, des particules d’aluminium se trouveront inévitablement collées sur la partie décorative et au fur à mesure de son transfert, deviendra de moins en moins efficace.

Il est utilisé sur certaines lamelles verticales, personnellement je ne suis pas fan, car il y a un chevauchement des lames les unes sur les autres.

Le store idéal pour cette matière est le store plissé. En effet il se plisse sur lui- même comme un éventail, donc les faces alu ne seront jamais en contact avec la partie décorative, seul hic il peut toujours chauffer, donc une infime partie de cette couche pourra toujours se disperser.

L’astuce est très simple, il suffit d’inventer un nouveau type de toile. L’aluminium sera inséré entre deux couches de tissu, une blanche pour l’extérieur et une décorative pour l’intérieur, et pour éviter qu’il ne chauffe mettons y de l’air, cette toile s’appelle Dupli, le double plissé. Une invention complémentaire est la toile Duette, le principe est identique mais la toile arrière est plus droite que celle mise à l’avant. L’idée géniale de cette invention est que la toile reste plissée d’une manière très régulière sur toute sa hauteur.

En résumé :

– Moins bonne vision extérieure pour le plissé avec de l’alu.

– Absence totale de lumière pour le Dupli/ Duette.

– Parfait pour lutter contre l’ensoleillement et la pénétration de la chaleur.

– Usage : partout où la chaleur est un problème.

 

6. Tissage pour tentures

Ici une grande notion supplémentaire est le côté lavable.

Les toiles sont souples et peuvent être lavées en machine chez soi pour les petites dimensions ou dans des laveries. D’autres ne pourront être lavées qu’au nettoyage à sec.

Quand vous achetez de nouveaux habits, vous devriez les laver une première fois afin de stabiliser les couleurs mais aussi les dimensions. Vous le faites toujours ?

Ce procédé est également à conseiller pour les tentures. Mais peu de magasins font encore cette étape ô pourtant combien importante avant de confectionner votre tissu ? Les industriels l’ont bien compris et proposent de passer le tissu sur une calandreuse qui va chauffer le tissu à 140° et ce sur toute sa largeur en même temps.

Vous auriez pu le faire avec la vapeur de votre fer à repasser, mais sur une largeur de 280 cm je ne suis pas sûr que votre bras soit assez long. De plus vous n’agissez que sur une partie du tissu durant un temps donné. La calandreuse est donc un moyen efficace et constant.

Je ne dis pas qu’il ne pourra plus rétrécir mais le gros du travail est déjà fait. Souvent on parle que le % de rétrécissement est divisé en deux après ce traitement.

Donc sur l’étiquette de votre tissu, le % de rétrécissement n’a plus de secret pour vous ! Ben, 3% cela ne me parle pas, rassurez-vous à moi non plus !

Prenons un exemple concret, votre tenture partira du plafond et ira jusqu’au sol moins 2 cm et aura une hauteur de 2.75 m.

3% représente donc 8 cm

C’est le facteur maximal de rétrécissement de votre tissu, il sera donc à 10 cm du sol, cela donnera une sensation d’eau dans les caves, non ?

 

A. Blackout souple souvent appelé Dim-out

On parlera d’un tissu Dim-out quand l’obturation de la lumière est supérieure à 80%, plus le ton sera foncé, plus il se rapprochera de 95%.

Son énorme avantage par rapport à une toile occultante c’est qu’il ne donnera pas l’impression d’un « rideau de douche ».

Je lui trouve des défauts majeurs :

– Pour les toiles imprimées : Il est tissé à partir d’un fil noir pour lui donner une bonne occultation, dans le cas d’une toile imprimée, le rendu risque d’être rosé ou grisé.

Les industriels ont toujours une réponse à tout et ont mis un fil blanc ! Résultat le blanc sera lumineux mais par contre il sera moins occultant, on parle ici de 80%.

– La tenture risque d’avoir un effet jupé, il aura tendance à s’ouvrir dans le bas, la fenêtre sera donc moins bien dégagée.

– Tissu fragile, attention aux accros avec bagues, et les chats sont à éloigner !

Personnellement j’opterai pour un tissu doublé.

 

B. Doublure

La première fonction d’une doublure est de donner un beau tombant, pensez deux minutes à une veste de costume non doublée, restera t’elle présentable après une position assise prolongée dans une voiture ?

Une deuxième fonction est d’empêcher les regards indiscrets du soleil au travers du tissage, là je suppose que vous voyez les ravages d’une petite jupe non doublée.

Trêve de plaisanterie, vous venez de comprendre qu’une doublure n’est pas un luxe ! …

Posons-nous la question de la manière dont nous allons utiliser le tissu.

– Sera-t-il confectionné pour en faire une tenture auquel cas la doublure sera cousue au tissu dans la partie supérieure, sur les côtés seuls des petits points feront le lien, le bas est généralement plus court et désolidarisé. L’intérêt de cette confection est de laisser les deux toiles travailler en toute indépendance l’une de l’autre.

– Confectionné dans un store bateau, ici les deux toiles seront solidarisées de toutes parts.

 

Les types de doublures

– Occultantes : parfait pour se protéger de la lumière, mais la raideur ne s’harmonisera pas toujours avec un beau tombant du tissu dans les plis, de plus le nettoyage de la doublure et le nettoyage du tissu sont- ils compatibles ?

– Thermique : Parfait pour les problèmes de chaleur, mais pas sûr que le mode de nettoyage soit compatible avec le tissu.

– Sarline : Doublure de base remplissant sa fonction à savoir :

– Donne une beau tombant au tissu.

– Protège des regards indiscrets.

– Protège en partie des décolorations.

– Se lave de la même manière que le tissu.

Bien sûr le défaut c’est qu’il faudra deux couches pour couvrir votre fenêtre si vous voulez l’occulter ou la protéger de la chaleur, c’est bien pour cela que nous parlerons d’un ornement de la fenêtre.

Une couche pour l’esthétique qui donnera un côté chaleureux pourra même absorber les bruits (par son ampleur) et une couche technique.

Les stores ne sont pas là pour chasser les tentures, je crois à leur complémentarité.

Bien sûr dans certaines pièces, le choix sera dirigé par des impératifs de budget, de place, de zénitude et là un produit devra remplir les trois fonctions. Mais pour les pièces d’apparat, une tenture fera toute la différence avec en toile de fond un magnifique store en bois.

Imaginez-vous aujourd’hui, la météo annonce des températures élevées et de nombreuses averses. Lors de votre passage dans votre dressing, n’opteriez-vous pas pour un t-shirt accompagné d’une veste légère et imperméabilisante ? Donc deux couches seront bien nécessaires.

La tendance des doublures est plutôt de les prendre en écru, le blanc donnera vite une impression de sale de l’extérieur.

En guise de conclusion : Stop aux idées arrêtées !

Soyez créatifs ! Avant en décoration, l’idée était toujours de mettre un voilage contre le carreau pour se protéger des regards indiscrets et de de mettre une tenture devant.

Et si nous mettions ces idées au rang de l’obsolescence !

Une toile occultante n’est pas spécialement jolie, mettons là donc en arrière-plan avec deux avantages énormes :

– Moins de lumière latérale

– La moins belle toile est cachée

Et à la place d’honneur un magnifique voile qui sera mis en valeur par le rayonnement de votre éclairage, comme une star de cinéma.

Ah oui j’oubliais le voile confectionné sera toujours nettement moins cher que le tissu doublé.

Tant que j’y suis, ce type de décoration de fenêtre est proposé à l’heure actuelle dans tous les hôtels de standing ! Parfois même un illuminé va prendre un voile et le doublé d’un tissu Dim-out, juste pour la partie lumineuse entre les couches.

Recevez gratuitement mon livre sur les stores et tentures

en vous abonnant sur le bouton ci-dessus.

Félicitations, vous êtes abonné à notre newsletter.

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Je hais les spams, votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.