fbpx

Panneaux Japonais

0 Comments

Panneaux Japonais

Brève description

Le principe de ce store est assez simple, des panneaux de tissu plat sont attachés à un rail mobile par du velcro et lestés dans le bas par un profil de lestage. Ces rails sont à leur tour insérés dans un rail porteur et permet aux panneaux de se déplacer un peu comme une porte d’armoire coulissante

Caractéristiques :

  • Permet de filtrer la lumière en fonction du tissu choisi
  • Encombrement latéral important  
  • Echelle de prix 2
  • Peu ou pas d’entretien possible
  • Peu d’usure
  • Large choix de teintes
  • Peu d’options

présentation/ fonctionnalité du store panneaux japonais

Déplacement des panneaux

Les panneaux étant reliés les uns aux autres s’entraînent tout logiquement lors de leurs déplacements, seul le premier panneau reste fixe.

Cette manœuvre peut être exercée par un cordon de commande ou par un lance rideau. C’est le seul store où l’électrification n’est pas un grand succès. 

Ce store reste très marginal car le paquet latéral est assez important et surtout les toiles utilisées sont celles des stores enrouleurs (donc ne s’entretiennent pas, mais avec un seuil de prix nettement plus élevé).

 

Son intérêt principal :

Vous avez un espace de moins de 3 cm entre le dessus de votre ouvrant de fenêtre et le plafond, en dehors d’un rail de tenture, aucun store ne pourra se loger dans un espace aussi restreint sauf le panneau japonais.

La tenture trouvera son espace de rangement d’un ou des deux côtés de la fenêtre, il en est de même pour les panneaux japonais.

Le store est constitué de deux éléments :  le rail et les panneaux.

1. Le rail

Lui-même est l’assemblage de deux rails : le porteur et les mobiles.

Fixation du rail

 –  Le porteur

Le rail porteur peut avoir 2, 3 ou 5 voies, donc le nombre de panneaux sera compris entre 2 et 5 pour un rangement d’un seul côté, et de 4 à 10 pour un rangement bilatéral, un peu comme une paire de tentures.

Fixation au plafond ou murale par l’intermédiaire d’équerres (attention au porte à faux).

–  Le mobile

Un rail monté sur des roulettes et doté d’un velcro servira d’intermédiaire entre le rail porteur et le pan de tissu. Des petites pièces en forme de T et de L servent à relier les panneaux les uns aux autres.    

Fixation rail porteur
Blocage par aimant

Certains systèmes sont dotés de petites astuces techniques telles que :

     Blocage du premier panneau par un aimant au lieu d’une vis :   

L’intérêt est lors du nettoyage du carreau ou du sol de pouvoir dégager le pan fixe sans devoir dévisser la vis dans le mécanisme ou devoir déscratcher le pan du rail.

Support central doté d’une ogive :

Il permet au rail d’être vraiment collé au plafond sans qu’aucun écart de soit visible.

Système de réamorçage de panneau :        

Parfois lors du déplacement les panneaux se désolidarisent en ne s’entraînant plus les uns aux autres, il faut alors réaligner les pièces en T et en L. Ici la pièce en L a été ingénieusement remplacée par une sorte de chicane et en ramenant votre panneau en arrière, il sera automatiquement resynchronisé aux autres.

Rail velcro amovible :

L’intérêt est double : Du haut de votre échelle, si vous collez le pan de travers, ne fusse d’un seul millimètre, avec 250 cm de haut cela représentera vite des cm de travers en bas ; et si vous ne scratchez pas votre pan au mm au bon endroit, il débordera à la fin sur l’élément en T.                 En effectuant cette étape à plat sur une table, votre collage sera parfait dès le départ.  

2. Les panneaux

Leur largeur est très souvent comprise entre 60 et 90 cm. Les panneaux sont mariés entre eux avec un recouvrement de l’ordre de 5 cm.

Le tissu utilisé devra être celui de même type que celui des stores enrouleurs, en effet pour assurer un beau tombant à la toile, elle devra être rigidifiée. Si vous prenez du tissu d’ameublement (voilage ou tenture) vous serez inévitablement devant deux problèmes :

Ondulation de la toile

C’est l’effet que j’appellerai « sac à patate » ok je suis Belge, mais en décoration l’effet est assez désastreux. Le tissu est maintenu en haut par le velcro, en bas par une barre de lestage et sur les côtés par un triple ourlet qui, étant souple, tout logiquement bâillera au milieu.

La seule manière d’atténuer ces plis disgracieux est d’insérer des baguettes horizontalement tous les 30 cm pour en réduire la surface, du coup vos panneaux japonais ressembleront à un store américain.

Mais à cause de l’épaisseur du tissu, des ourlets et du velcro, les pans risquent de se frotter les uns aux autres et donc lors du déplacement ils partiront par deux ou se désynchroniseront.

Mauvais entraînement des panneaux entre eux :   

Astuce de pro : si vraiment vous optez pour cette solution, prenez un rail de 5 voies et n’utilisez qu’une voie sur deux car, l’espace étant plus grand, les pans de tissus ne seront plus en contact et les pièces en T et en L n’étant pas à rallonge, il faudra manœuvrer vos panneaux par un lance rideau et ceci panneau par panneau. 

D’un autre côté, la toile de store enrouleur a également ces défauts :

  – Elle ne s’entretient pas ou peu (voir article sur les stores enrouleurs).

  – Elle risquera de gondoler latéralement :

En effet elle est maintenue et tendue sur le rail mobile par le velcro et un profil de lestage qui assurent le bon tombant mais comme elle est rigidifiée, le seul mouvement possible est un effet d’arcage également visible sur le store enrouleur mais lui est réaplati lors de chaque remontée.

Les panneaux sont peu écartés les uns des autres, un chevauchement plus grand empêchera en grande partie cette courbure de la toile sauf pour le premier panneau, je vous conseillerai donc d’opter pour un débordement des panneaux de l’ordre de 8 cm.

manœuvre

1. Cordons de tirage

Fonctionne aussi bien pour un paquet qu’avec deux mais dans ce cas il faut avoir un nombre de panneaux pairs. De loin la solution la plus souple, il faudra juste être aux normes pour la loi sur la sécurisation des cordons de store.

2. Lance rideau

Un lance rideau (sorte de baguette) est attaché au premier pan, et comme ils sont reliés entre eux, la manœuvre entraînera tout le paquet. Si tirer est aisé, pousser l’est beaucoup moins.  Honnêtement, si vous optez pour cette formule c’est que vous voulez pouvoir déplacer les panneaux à votre guise et alors il n’y aura plus de pièces d’entraînement en T et en L et un lance rideau par élément mobile.

Seul bémol, pour un tissu transparent, il sera visible, et comme il est derrière le pan, lors de la prise en main on risque de croquer le tissu.

3. Electrique

Moteur intégré : le moteur entraîne une roue crantée sur laquelle circule une chaînette, celle-ci parcourt le rail et déplace le premier panneau.  Théoriquement cela fonctionne mais pratiquement je n’ai eu que des ennuis. Le gros problème réside dans la tension de la chaîne et l’arrêt entre les deux extrémités.

Motorisation indirecte : Un rail électrique de tenture est placé en parallèle du rail de panneau japonais. Le chariot de croisement du rail de tenture est relié au premier panneau japonais. Gros inconvénient, en dehors du coût de deux rails et du double encombrement en largeur, sera de trouver les éléments compatibles au niveau des hauteurs de chariots, car un décalage de plusieurs millimètres entraînera un frottement anormal, d’où une surchauffe rapide du moteur qui se mettra alors en protection thermique. Vu le marché niche que représente ce produit, il y a peu de chances de voir de grandes innovations aboutir.

L’entretien

Voir l’entretien des tissus de stores enrouleurs ou celui des tentures.

********************************

*******************************

Sécurité enfant

Voir l’article qui y est consacré

*************************************

*************************************

Option

En dehors d’insérer dans la confection des tissus de tentures des baguettes de stores américains la seule option réside dans le choix des barres de lestage.

Pour ne pas faire double emploi, je vous invite à lire l’article sur les stores enrouleurs.

Sinon, sachez qu’un profil de lestage sera introduit dans un fourreau pour donner du poids au pan de tissu, celui-ci pourra être apparent ou pas.

Lestage détaché
Lestage enrobé

Prise de mesures

Tableau des combinaisions possibles

Si on prend comme point de départ une largeur de panneau entre 60 et 90 cm avec comme beau compromis 80 cm, en tenant compte d’un chevauchement de 5 cm, il y aura donc 75 cm de toile visible par panneau.

Il suffit donc de diviser la largeur de la baie par 75 et de voir combien cela fait de panneaux

Dans le jour :

Rail : largeur de la baie – 1 cm

Panneau : Décomptez 1 ou 2 cm en hauteur

 

Pose dans le jour

Nombre de panneaux :

Largeur de la baie / 75 et vous arrondissez à l’unité la plus proche. 

Prenons une baie de 350 cm de large, le calcul sera :

350 cm – 1cm (aisance) – 2 cm capuchons= 347 cm / 75 = 4.62

Avec un arrondi vers le plus proche ce sera 5 panneaux

Les panneaux auront une largeur de 347 cm / 5 + 5 cm = 74.4 cm

Avec un arrondi vers le bas, il faudra 4 panneaux

Les panneaux auront une largeur de 347 cm / 4 + 5 cm = 91.75 cm

Pose hors du jour

Hors du jour 

En hauteur :

 – Si vous partez du plafond, vous retirez 1 ou 2 cm.

 – Si vous êtes en position murale, il faudra ajouter au minimum 10 cm au- dessus de la baie et décomptez 1 à 2 cm du sol.

En largeur : Combien de panneaux et de quelle largeur ?

     – Paquet unique : 

Dimension baie 350 cm / 75 = 4.66, on ajoute 1 = 5.66

Comme il s’agit d’un paquet unique et que le maximum de voies est 5, l’arrondi ici sera vers le bas : 5

La dimension du rail à commander :

350 cm /4 x 5 = 437 cm + 2cm (capuchons) + 5 cm (panneau fixe) = 444 cm et les panneaux seront au nombre de 5 et auront une largeur réelle de : 437 cm / 5 + 5 cm= 92.5 cm

Comme vous pouvez l’imaginer, l’espace perdu latéralement est énorme :

444 cm – 350 cm = 94 cm. Disposez vous d’une telle place sur le côté de la fenêtre ?

Ne préfériez-vous pas équilibrer votre fenêtre avec un paquet de chaque côté comme avec les tentures ?   

    – Paquet en deux parties égales : 

350 cm / 75 = 4.66 + 2 = 6 panneaux avec un arrondi vers le bas et de 8 pour un arrondi vers le haut.

Arrondi vers le bas 

Le rail aura 3 voies et une largeur du rail sera de :

 350 cm /4 x 6 = 525+ 2 cm (aisance) + 5 cm (panneau fixe) = 532 cm

Les panneaux seront au nombre de 6 et auront une largeur réelle de : 

525 cm / 6 + 5 cm =  92.5 cm

Comme vous pouvez le constater l’espace perdu latéralement est énorme :

532 cm – 350 cm = 182 cm / 2 = 91 cm de chaque côté

En arrondissant vers le haut, vous diminuerez considérablement cet espace.

Arrondi vers le haut

Le rail aura 4 voies et une largeur du rail sera de :

350 cm/6 x 8 = 466+ 2 cm (aisance) + 5 cm (panneau fixe) = 473 cm

Les panneaux seront au nombre de 8 et auront une largeur réelle de :   

466 cm / 8 + 5 cm = 63.25 cm.

La place perdue par côté sera de 473 cm – 350 cm = 123 / 2 = 61.5 cm mais le budget sera plus élevé car il faudra 8 panneaux au lieu de 6 et un rail à 4 voies au lieu de 3.

.

Pose et astuces de pro

Quand vous scratchez vos panneaux sur la partie du rail mobile sur le velcro, ne tirez jamais sur la toile, sinon vous allez l’étirer, posez- la délicatement, si vous avez bien travaillé, au bout la toile sera alignée avec la fin du rail, alors écrasez la toile sur la longueur.

Si tel n’est pas le cas, ne TIREZ JAMAIS la toile par son extrémité, la force du velcro est tellement grande qu’elle pourrait décoller le velcro femelle qui est sur le rail mobile.

Passez votre main à 5 cm du bord entre la toile et le rail mobile, écartez la toile, puis allez vers l’extérieur, ensuite vous pourrez la déscratcher à votre guise.

Categories: Store ou tenture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.